Collectif des 39 – "Contre la nuit sécuritaire" de nouveau à Montreuil le 28 novembre 2009

Publié le par UTOPSY

Collectif des 39 – Contre la nuit sécuritaire

Rencontre Nationale :


Quelle hospitalité pour la folie ?

Non:
- au retour des gardiens de fous
- au grand renfermement
- à l'abandon, au tri, à la mise à l'écart.


Au programme :  la question de l’industrialisation de la santé, l’évaluation, les protocoles, la déshumanisation,

puis un temps sur les soins contraints et les dérives sécuritaires, l’usage systématisé des chambres d’isolement

et enfin la réflexion sur les moyens de résistance, de coordination, pour défendre nos pratiques cliniques.


SAMEDI 28 NOVEMBRE 2009

à la maison de l'arbre et de la parole errante

9, rue François Debergues, à Montreuil.


Inscriptions : 
http://www.collectifpsychiatrie.fr/phpPetitions/index.php?petition=7


Argument :
Depuis plusieurs mois, un mouvement se construit au sein de la psychiatrie. Pour sa part, le collectif des 39 a élargi son action au-delà de la condamnation du discours sécuritaire. Lors des nombreux forums et rencontres organisés, nous avons pu constater la présence d’un engagement fort au sein des personnes confrontées au soin psychique ainsi qu’une importante volonté de résistance. De multiples témoignages ont montré une indignation massive vis-à-vis des conditions dans lesquelles se pratique la psychiatrie aujourd’hui, manifesté une exigence de modifier les pratiques quotidiennes, de sortir de l’isolement afin d’opérer une mise en commun. Pour prendre acte de ce tournant et l’élargir, nous avons décidé d’organiser une rencontre nationale le samedi 28 novembre à Montreuil (La Parole Errante à la Maison de l’Arbre). Il s’agirait de questionner ce qui est en jeu à travers l’ensemble des « réformes » qui voudraient s’imposer, à savoir la réduction des « usagers de santé mentale » à une somme de conduites déviantes à corriger, impliquant en miroir la réduction du rôle de soignant à une somme de fonctions : celle de technicien, d’agent administratif, d’agent du maintien de l’ordre public… Déplaçant ainsi les priorités du soin psychique sur un pôle gestionnaire et sécuritaire, au détriment de la dimension thérapeutique relationnelle, aboutissant à cette situation paradoxale de créer une nouvelle génération de soignants dont la priorité n’est plus de soigner. Cette exigence de « modernité » et de « réalisme » ne conduirait-elle pas à une réactualisation de pratiques passéistes, telles que le tri, la mise à l’écart, l’enfermement irréversible des populations « marginales », au sein de laquelle les « néo-soignants » reproduiraient une version contemporaine des antiques « gardiens de fous » ? La seule position lucide et réaliste en psychiatrie est-elle celle qui nous est prescrite par les réformes en cours ? Ou nous est-il possible d’envisager avec sérieux une position soignante rénovée, fondée sur le soin relationnel, la rencontre singulière et le travail collectif ?

Dès maintenant, réservez la date : Samedi 28 Novembre, toute la journée.

http://www.collectifpsychiatrie.fr/

 

Publié dans Appels

Commenter cet article